Depuis que je suis petite j’ai toujours un peu couru le dimanche en famille (mes parents vivent près d’une forêt). Le sport pour nous c’est important et ça n’est pas une option 😉  

Quand je suis arrivée à Paris, un peu moins, je n’aime pas trop courir en ville. Et puis, il y a 3/4 ans je me suis inscrite dans un club d’athlé. Je me rendais sur la piste trois fois par semaine. Puis les beaux jours arrivant, je me suis mise à faire toutes les courses possibles. De mai à juillet, de Paris à Marseille (et même Rome!)  tous mes dimanches étaient pris par des levers aux aurores pour aller chercher une médaille…ça a duré trois ans et puis à un moment, j’en ai eu marre….Je n’ai plus su pourquoi je courais ? Quel était mon but? à part enchainer les courses les unes après les autres, négliger mes recups et bâcler mes entrainements….Car oui, j’ai fini par faire ça et je pense avoir eu une chance folle de ne pas me blesser! J’ai commencé à faire des chronos moins bons, ne pas progresser et aller courir de manière mécanique, obligatoire…alors qu’au départ, la course me permettait de m’évader, de décompresser. 

Au début, m’inscrire à une course représentait un défi, il y avait toujours une petite excitation avant le départ..mais la dernière année, plus rien…c’était juste quelque-chose que je devais faire…Je ne m’en suis pas rendue compte tout de suite…c’est en parlant avec mes amies runneuses que j’ai réalisé que quelque-chose clochait! 

J’ai un métier dans lequel la compétition est omniprésente, et je pense qu’en enchainant ces compets de course à pieds, j’ai en quelques sorte désacralisé la chose en la rendant trop quotidienne et en montrant que je pouvais les enchainer sans relâche. Alors cet été, après avoir couru un 15km fin juin, j’ai dit stop! Courir devenait une obligation, une contrainte alors j’ai arrêté. Net! 

Six mois sans courir

Je suis partie bosser au festival d’Avignon, je n’ai pas eu un jour OFF de tout le mois de juillet et mes journées étaient tellement éreintantes que je n’avais même pas l’énergie d’avoir envie d’aller courir. A la fin de juillet, j’étais tellement crevée que l’idée de faire du sport ne me venait même pas en tête. Au mois d’août, mon copain continuait à aller courir mais je n’en avais pas envie, et, à par un tout mini run pour dire que je n’avais pas trimballé mes baskets pour rien, un petit plongeon et les marches au bord de la mer me suffisaient. 

En octobre, j’ai déménagé et ai complètement changé mon planning de boulot, je ne pouvais plus aller aux entrainements le soir, je ne me suis donc pas ré-inscrite au club d’athlé. J’étais sur un nouveau projet pro pour lequel je dansais plus d’une dizaine d’heures par semaine…j’avais donc ma dose de sport 😉 mais la course ne me manquait pas. En fait je crois que j’avais peur de reprendre…on connait tous cette sensation horrible de penser ne plus pouvoir réussir à respirer, ne plus pouvoir faire un pas devant l’autre…

IMG_8116

La reprise

Puis, un jour de décembre (drôle de mois pour reprendre!) j’ai recommencé, doucement, 6km. ça allait à peu près. Puis j’ai couru un weekend avec ma famille et là ça a été l’enfer! Eux n’avaient pas stoppé leur entraînement alors je vous laisse imaginer la souffrance d’un parcours qui devait faire 9 km sans côte, mais finalement se retrouver à faire  un trail de 13km avec 150m de dénivelé!  (merci papa! 😉 Bon ça ne m’a pas dégoutée, mais je me suis dit qu’il fallait que je me reprenne en mains! 

Mais je n’avais pas envie de découvrir ce nouveau quartier et d’aller y courir toute seule et je m’étais pas fixé d’objectif. Je me suis donc inscrite dans une salle de sport et suis allée courir sur un tapis. Peu à peu j’ai repris un rythme et aujourd’hui ça va, même si j’ai fini par retourner courir dans les parcs, je ne suis pas très fan du tapis de course 😉

Et maintenant?

Aujourd’hui je cours un peu moins qu’avant mais je complète mon entrainement par des sports plus doux comme le pilates, le yoga et la danse. J’essaie aussi de faire un peu de vélo. 

Mais cette expérience m’a fait changer mon approche face à la course à pieds, au running, jogging…. Ma volonté n’est pas de devenir une championne (trop tard! ;). Je dois conserver la première raison pour laquelle je courais qui est tout simplement l’envie de courir et de se détendre, le plaisir d’écouter son corps et de suivre ses sensations. 

Fini les chronos, les classements, la pression, aujourd’hui ça ne m’intéresse plus, tout ce que je veux c’est courir, participer à des évènements sympas et surtout m’amuser. Je me suis quand même inscrite à quelques courses ces prochains mois car s’entrainer sans objectif est très compliqué, mais je les choisis avec soin et les prépare correctement 🙂 

Alors du coup je ne sais plus comment appeler cette discipline que je pratique…est-ce le running, le jogging ou tout simplement la course à pieds?…Quand on me demande, je dis que je cours 🙂 

https://www.instagram.com/guillemettepau/

Publicités